Index ¦ Archives ¦ RSS

Les bons et les mauvais arguments, l’exemple Christine Boutin

Lors du débat public, il est malheureusement devenu complètement entendu qu’on ne peut pas échanger des arguments sérieux sans tomber dans le fallacieux très rapidement. Apprendre à reconnaître ces arguments fallacieux, à les nommer, et à ne pas les employer soi même peut servir d’une part à ne pas succomber à des arguments bidons, et d’autre part à ne pas offrir à son adversaire l’occasion de vous discréditer.

Prenons par exemple Christine Boutin. Certains en ce moment s’amusent à l’attaquer sur le fait qu’elle est mariée à son cousin germain. Exemple en vidéo :

Ce genre d’argument est appelé ad hominem, on s’attaque à la personne plutôt qu’à ses arguments. Or c’est présisément ses idées et ses arguments que l’on s’est chargé de démonter, pas Christine Boutin elle même. Faire cela, c’est faire preuve de peu de rigueur, et lui donner l’occasion d’être la victime de méchanceté. C’est un coup bas qui ne peut que faire du tort le mouvement pro-égalité au final.

De plus, attaquer les arguments de Christine Boutin est en réalité très facile, tant ceux-ci sont fallacieux. Ça prend un peu plus de temps que de dire qu’elle est mariée à son cousin, mais c’est beaucoup plus efficace.

J’ai trouvé cette ancienne vidéo, datée de juillet 2012, où Cristine Boutin présente ses arguments calmement :

Il suffit de l’écouter exposer ses arguments, sans opposition, pendant 5 minutes.

  1. Introduire le mariage gay, c’est un changement de civilisation.
    Quel changement, en quoi c’est un mauvais changement, on ne le saura pas. On peut lui concéder que c’est un changement, et qu’il a existé des civilisations plus ou moins hostiles aux homosexuels. Mais si changement il y a c’est un changement dans le sens d’une plus profonde acceptation des homosexuels, donc je ne vois pas en quoi c’est un argument pour la cause de Christine Boutin.
  2. L’amour et le désir homo peuvent se comprendre, mais tous les désirs ne doivent pas être satisfaits. Comme on dit non aux enfants.
    C’est une fausse analogie, qui infantilise les personnes gays ou hétéros, qui réclament davantage d’égalité. Imaginez seulement, au XVIIIè siècle, on aurait pu dire « On peut comprendre le désir de liberté des esclaves, mais tous les désirs ne doivent pas être satisfaits, comme on doit dire non aux enfants. » Ça a sûrement été dit d’ailleurs à l’époque.
    De plus, si on peut admettre que certaines revendications ne doivent pas être satisfaites, aucun critère pour faire cette démarcation n’est fourni ici par Christine Boutin.
  3. Si on dit oui à tous les désirs, on va à la société du plus fort.
    Techniquement c’est un argument de la pente savonneuse, un lien de cause à effet douteux qui amène à une conclusion horrible, qui justifierait le fait de ne pas agir en faveur du mariage et de l’adoption par les couples homosexuels.
  4. En fait le vrai sujet c’est l’enfant, sujet, objet. Bizarrement, c’est le vrai sujet, mais elle n’a pas commencé par ça. On peut peut-être remettre en doute sa sincérité sur ce point. Et il y a sans doute du vrai ici, à savoir que les enfants doivent être protégés en toutes circonstances, de situations traumatisantes, quels que soient leurs parents. Le problème de cet argument, quand appliqué au mariage et à la parentalité des LGBT, est qu’il semble supposer que les personnes LGBT ne peuvent pas avoir d’enfants biologiquement, et qu’elles n’auront d’enfants que par adoption ou GPA via la loi. Qu’elles vont fabriquer des bébés "pas naturels" par simple désir d’enfant. C’est fermer les yeux sur le fait que les personnes homosexuelles ont des organes reproducteurs fonctionnels, et que ceux qui veulent des enfants ont toujours pu en avoir. Ce que la loi Taubira cherche à faire, c’est à protéger les enfants élevés par leurs parents homosexuels en donnant la possibilité aux deux personnes en charge de ces enfants d’être reconnues officiellement comme leurs parents, avec tout ce qui s’en suit : droits de garde, droit de visite à l’hôpital par exemple, héritage, etc. Loin de faire du tort aux enfants, la loi Taubira les protège.
  5. Une étude américaine montre que les enfants élevés par les homosexuels ont des problèmes une fois adultes. Déni des résultats des autres études.
    Je ne peux que supposer qu’elle évoque là l’étude Regnerus, qui est complèmetement discréditée. Voir cet article sur le NouvelObs et le point 8 de mon analyse des arguments de la Manif Pour Tous.
  6. Il faut un débat.
    Oui, il faut un débat. Mais les opposants au projet Taubira ont perdu, à la fois dans les urnes et par les arguments. Leur nombre et leurs démonstration de force sont sans conséquences. Sur le terrain des idées, ils ont perdu à plates couture.

Pour finir, une troisième vidéo qui montre qu’on peut se moquer de Christine Boutin, en utilisant ses propres propos, et sans faire entrer son mariage avec son cousin dans la discussion.

© Philippe Lemaire. Built using Pelican. Theme by Giulio Fidente on github.