Index ¦ Archives ¦ RSS

Dieudonné et pédagogie

Quelqu’un de très proche est enseignant dans le secondaire. En tant que tel, cette personne est exposée à des adolescents qui sont en train de construire leur vision du monde avec les moyens du bord. Parmi eux, certains sont des fans inconditionnels de Dieudonné. Pas le Dieudonné de la période Élie-et-Dieudonné, pas le Dieudonné sur scène, ils ne l’ont sans doute jamais vu, mais le Dieudonné activiste politique sur YouTube.

Oui, je viens de vous faire un gentil petit lien vers sa chaîne YouTube. Et je vous encourage à regarder quelques vidéos pour vous faire une idée. Si vous utilisez régulièrement YouTube, et que vous ne voulez pas que les algorithmes de YouTube vous proposent par la suite des vidéos de pseudos intellectuels d’extrême-droite comme Alain Soral, déconnectez-vous de votre compte Google avant de regarder ces vidéos. Les algorithmes de Google "pensent" que si vous aimez les vidéos de Dieudonné, vous avez de grandes chances d’aimer ce contenu aussi. C’est mathématique, tout simplement.

Vous avez consulté un petit échantillon ? Alors c’est parti.
Qu’est-ce que vous venez de voir, et que peut-on y faire ?

Anti-système, antisionniste ou théorie du complot ?

Premièrement, commençons par les évidences.
Oui, le discours de Dieudonné est antisémite et complotiste. Je ne sais pas si les vues personnelles de Dieudonné le sont, mais les idées exprimées sont de l’antisémisme grossièrement voilé.

C’est totalement évident pour qui l’écoute 5 minutes, mais pour des adolescents, c’est loin d’être si simple

Premier exemple

Quelques citations tirées de cette vidéo (sur une autre chaîne que la chaîne principale)

[S’adressant à Arno Klarsfeld] On peut parler de chambres à gaz[…] Je ne suis pas sûr d’être très précis là dessus [sourire en coin]. Ya Robert autrement, Robert Faurisson, si tu veux, lui je peux lui demander de te donner son contact.

Robert Faurisson est un militant négationniste, obsédé par l’idée de montrer que les chambres à gaz n’ont pas existé. C’est un farouche défenseur de la thèse qu’il y a un complot juif destiné à racketter les pays occidentaux au profit d’Israël.

“Si tu veux parler de chambres à gaz avec moi, je ne suis pas un expert. Mais parle plutôt à mon ami négationniste, il s’y connaît mieux que moi.”

On peut donner plusieurs interprétations à cette séquence de Dieudonné suivant son bagage culturel :

  • Niveau ras les paquerettes : Dieudonné est ouvert au débat et invite ses adversaires à la discussion, mais il y a un tabou sur la Shoah
  • Version théorie du complot : Dieudonné dérange parce qu’il dit des vérités que les puissants veulent garder cachées au public
  • Version cynique : Dieudonné fait de la provocation, il va chercher le pire négationniste et le présente comme un ami pour être dans l’outrance

La troisième interprétation est la plus généreuse avec Dieudonné, qui serait un humoriste qui fait le choix de faire rire par l’extrème absurdité de ce qu’il dit et des personnes avec qui il s’associe. Mais remettez-vous dans votre tête de gamin de 16 ans, et d’après-vous que voient les fans de Dieudonné ici ?

Deuxième exemple

Dans la même vidéo, plus loin :

Ils ont déformé mes propos sur Cohen[…] Cohen a dit que j’avais un cerveau malade. […] C’est là que j’ai dit, hé, ho, les chambres à gaz, dommage… C’est normal puisqu’il dit que j’ai un cerveau malade…

Puis il enchaîne sur d’autres attaques dont il fut l’objet, mettant en doute son intelligence :

Image de la couv de Charlie Hebdo

Dieudonné se sent justifié parce que sa santé mentale a été mise en doute. Notez bien que dans le propos de Cohen, il n’est pas fait mention de l’intelligence de Dieudonné.
C’est une distinction importante. Et si Dieudonné veut le vanner là dessus, il peut très bien le faire en ironisant sur ses qualifications en psychiatrie, comme il le fait dans la vidéo.
Mais sur scène, devant son public, il choisit de mentionner les chambres à gaz et de regretter que Patrick Cohen n’y soit pas passé.

Et je ne pense pas que toute blague utilisant les chambres à gaz soit nécessairement antisémite. Dieudonné lui-même, à l’époque où il formait un duo avec Élie Sémoun pouvait mentionner les chambres à gaz sans tomber dans l’antisémitisme.

La différence, c’était qu’on riait aux dépends du personnage qui sortait une réflexion raciste à son voisin juif, on se moquait de sa connerie. Avec sa vanne sur Cohen, il veut faire rire aux dépends du Juif et des victimes de la Shoah.
C’est la même différence qu’il y a entre rire de Cartman dans South Park qui est un horrible antisémite et rire aux jeux de mots de Jean-Marie Le Pen.

Troisième exemple

Toujours la même vidéo, un peu plus loin :

Je ne suis pas antisémite,[…] il y a un malentendu… [sourire en coin] Je fais ce que je veux, […] je ne dis pas que je ne le serai jamais. Je n’ai pas à choisir entre les Juifs et les Nazis, je suis neutre dans cette affaire. Je suis né en 66, donc qu’est-ce qui s’est passé [pendant la Seconde Guerre Mondiale], moi… Qui a provoqué qui, qui a volé qui… J’ai ma p’tite idée m’enfin…

On peut reproduire le gag dans le contexte d’un viol, par exemple :
Je pense ce que je veux. Je n’ai pas à choisir entre prendre le parti de cette fille violée et celui de son agresseur.
Je n’étais pas là au moment des faits supposés.
Qui a allumé qui, qui a promis quoi à qui… J’ai ma p’tite idée m’enfin…

Bien sûr, on comprend le mécanisme de la vanne, mais de qui est-on censé rire ? Du ridicule de Dieudonné ? Ou bien des victimes de la Shoah ?

Ce ne sont que trois courtes séquences d’une vidéo.
Si vous avez regardé d’autres vidéos, vous avez dû voir d’autres passages utilisant des ressorts similaires.
Et Dieudonné n’est pas un marginal, ses vidéos les plus populaires ont autour de 2 millions de vues chacune. C’est 5 à 10 fois plus que les vidéos les plus populaires de Jamel Debbouze par exemple.

Les réponses actuelles du gouvernement et des media confortent Dieudonné

Les réponses actuelles des maires et du ministre de l’intérieur reviennent à de la censure.
Interdire les spectacles de Dieudonné, c’est lui donner le rôle de la victime, et surtout confirmer pour ses fans complotistes l’idée qu’il dit des vérités qui dérangent.

Dans les media traditionnels, tels que la télévision, la politique a été de blacklister Dieudonné. Si on l’invite sur un plateau, il va se déguiser en juif orthodoxe et délirer sur les complots sionnistes, par exemple. Le problème de cette stratégie est qu’elle aurait pu signer la fin de la carrière de Dieudonné à une autre époque, mais il y a désormais d’autres canaux pour s’exprimer.

On peut et on doit poursuivre Dieudonné pour ses dérapages, mais il a pour lui une ligne de défense simple : il fait de l’humour. Et quand il est condamné, il ne paye tout simplement pas ses amendes.

Toute l’agitation médiatique de ces derniers jours fait un tapage d’enfer autour de Dieudonné, et au final lui rend service.

Nous avons besoin d’une conversation honnête sur l’antisémitisme en France

À mon humble avis, on ne convaincra pas les fans de Dieudonné, qu’ils soient antisémites ou convaincus d’avoir affaire à un "provocateur qui dérange" avec de la censure, des lois et des condamnations de principe.

Nous risquons de voir une montée des violences à l’égard de la population juive perçue comme étant à l’origine de la "persécution" de Dieudonné et des siens, et également une de la violence à l’égard des partisans de Dieudonné par des gens voulant se faire justice eux-même, comme à Lyon par exemple.

Nous avons besoin d’avoir une conversation honnête sur l’antisémitisme et l’attrait des théories du complot en France.

L’antisémitisme a toujours été une réalité, et les principaux intéressés sont 75% à penser que la situation s’est aggravée en France au cours des 5 dernières années. Voir l’étude de l’agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne.

Elle ne peut pas se faire avec des déclarations de 30 secondes par des politiciens formatées pour être reprises en boucle sur les chaînes info.

Décortiquer, analyser et exposer les arguments ou vannes de Dieudonné est un exercice d’esprit critique qui prend du temps, demande un certain recul.

C’est le genre de chose qui devrait être au programme scolaire. C’est le genre de compétence qui permet à un citoyen ou même consommateur de faire des choix informés.

Conclusion

L’outrance de Dieudonné dépasse le simple exercice de la liberté d’expression.
Mais l’approche du gouvernement et des media par la censure et le blackout est inefficace.
L’éducation à l’esprit critique me semble une meilleure voie, même si elle est plus difficile à mettre en œuvre.

© Philippe Lemaire. Built using Pelican. Theme by Giulio Fidente on github.